Exprimez-vous

Pour préparer au mieux la journée du 19 mai, nous vous avons proposé un espace de co-écriture pour échanger sur le sujet important pour vous, en lien avec la question posée « Comment rénover et pérenniser les modes de coopération entre administration et citoyens ? »

1. A quoi jugerez-vous que la journée du 19 mai est réussie ?

2. Si nous faisions une projection en 2025 ... Pour vous, le gouvernement dans 10 ans, ce sera ... ?


Voici les réponses apportées en amont de l'évènement.



Alexandre Zapolsky

1/ Si on créé un premier noyau de personnes prêtent à s'engager au développement de l'Open Gov et au succès de l'OGP.

2/ ... un gouvernement dont le premier ministre aura moins de 45 ans (et qui aura été Ministre de l'économie et ancien banquier)
2/ ... un gouvernement dont toutes les Lois, avant qu'elles soient présentées à l'AN, auront été discutées avec les citoyens sur une plate forme ouverte et collaborative (ex .consultation du CNum)
2/ ... un gouvernement qui travaillera avec une Assemblée Nationale de moins de 250 membres et dont la moité sera élu par Internet sur des idées et non un territoire
2/ ... un gouvernement dans lequel le numérique ne serait pas représenté par un Secrétariat d’État mais par un Ministère et qui ne serait pas au rang protocolaire à la 27ème position mais dans les 5 premiers
2/... un gouvernement qui réfléchira à la déclinaison numérique de tous nouveaux services qu'il souhaiterait mettre en œuvre
2/ ... un gouvernement qui déciderait de co-contruire son système d'information avec la société civile (= Open Innovation)
2/ ... un gouvernement dont les datas qu'il produirait seraient systématiquement mises en Open Data (ce serait la règle) sauf pour les datas jugées confidentielles (validées comme telles par une commission indépendantes)
2/ ... un gouvernement soucieux de permettre des externalités positives en utilisant massivement du Logiciel Libre et en produisant également



Valeria Schiavone

1 Si tous les domaines seront pris véritablement en compte et si les apports des participants auront eu une bonne visibilité



Brice Mallet

1/ Si j'y croise des idées nouvelles et surprenantes et qu'une dynamique pour la concrétisation d'au moins une d'entre elles s'engage



Emmanuel Raviart

1/ Profiter de la journée pour commencer à recenser les projets libres et ouverts existants, qui pourraient devenir dans leur domaine les Wikipedia et les Open Street Map de demain. L'objectif serait d'identifier les projets sur lesquels l’État pourrait s'appuyer (et auxquels il pourrait contribuer) pour conserver ou rétablir sa souveraineté nationale face aux géants Google, Apple, Facebook, Amawon, etc

2/Les collectivités territoriales ont leur propre fiscalité et leur propres aides (sociales et aux entreprises) qui complètent la fiscalité et les aides nationales. Or, les éléments de calcul de ces aides et
impôts locaux ne sont pas toujours publics ou sont disséminés sous différents formats hétérogènes. Pourtant ces informations sont utiles pour de nombreux projets et notamment la réalisation de modèles socio-fiscaux nationaux comme Open Fisca.

--> À l'occasion du forum ouvert, nous pourrions d'abord réfléchir aux meilleurs moyens de "crowdsourcer" ces informations locales (tableurs partagés ou développements spécifiques ou...), puis commencer à les saisir...



Cyrille Giquello

Je ne peux être des vôtres, mais :
1/ des fiches projets en cours ou à venir sur lesquels le gouvernement et les collectivités pourront s'engager avec les citoyens.
2/ Une transparence effective du gouvernement ET des collectivités, c'est à dire permettant aux associations de mieux accompagner les volontés partagées des citoyens ; volontés partagées grâce à un apprentissage de la gestion collective des biens communs, via des Info Lab par exemple. Ne plus voir des milliers de petites lois supprimant tel ou tel espace de liberté, de gratuité - ex: http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-32786QE.htm (réglementation imprimante 3D).
- En vous souhaitant un riche moment !



Lorenzo Delesgues

Question: Comment rénover et pérenniser les modes de coopération entre administration et citoyens ?

Pour commencer: Les adresses mails des mairies sont toutes très différentes, il est donc difficile de les contacter.
Serait-il possible de mettre en place une adresse avec un format homogène pour toutes les mairies de France (au moins une adresse)?
Aussi afin de limiter le spam sur ce mail, un système de balises / d’accréditations pourrait être utilisé, il serait intégré aux messages envoyés sur cette adresse.

Merci



Philippe Vacheyrout

1 - Si les besoins sont correctement exprimés pour l'administration et les citoyens en fonction de l'environnement (e-commerce, darknet et territoire)

2 - L'Open Government Partnership réussi au niveau Européen



Florent André

1/ Avoir des discussions constructives sur de nouvelles idées, sur les opportunités et moyens pour améliorer l'implication démocratique des citoyens grâce à la mise en œuvre de l'openGouv.

2/ en 2025 le gouvernement (et toutes les collectivités locales) publiera l'ensemble de son budget en open-source et offrira aux citoyens un moyen simple et participatif pour visualiser ce budget et s'exprimer dessus. Ces données budgétaire permettrons à ces organismes de recherche de faire des études, des projections des rapports d'aide à la décision et au citoyen de s'impliquer dans les choix budgétaires et ainsi se sentir plus impliqué dans les choix politique et la vie démocratique de leur ville / région / état.
Un premier démonstrateur allant dans ce sens : http://openbudget.fr/

Tout à fait d'accord pour ce type d'outil "open budget", les français sont de plus en plus désireux de savoir "où va l'argent de leurs impôts", (culture de la redevabilité?)



Janique Laudouar

- 1
1 Il faudrait que le gouvernement ouvert ose s'exprimer sur les sujets "régaliens" : justice, éducation, santé etc. Un gouvernement "ouvert" doit pouvoir suivre les avis des citoyens et leur évolution. Exemple : lors des Journées organisées par la garde des Sceaux "la Justice au XXIème siècle", 96% des français pensaient que "la justice est trop lente et trop complexe." Depuis, des réformes ponctuelles ont été entreprises, mais rien n'a été fait ni dans les faits ni dans les projets annoncés pour tenir compte de cet avis et apporter une amélioration AU CITOYEN, et pas seulement à l'administration elle-même. Hors il ne s'agit pas seulement d'un manque de moyen mais d'une méthodologie archaïque des tribunaux et cabinets d'instruction, dont certains semblent dans une ignorance totale des usages courants du numérique (liens hypertextuels dans les documents, mot-clefs etc).
Il en résulte des lois faites à la hâte ou sous le coup de l'émotion des faits divers, qui ne sont ni testées sur le terrain ni expérimentées et s'avèrent ensuite inapplicable.

Il faut que le citoyens ou les associations, collectifs, soient une force de proposition de lois, trouvent un lieu où sera reçue et prise en compte la proposition de loi, assortie de remarques documentées pour amender, rectifier, simplifier etc.s'appuyant sur un savoir-faire acquis de l'open data

Le caractère international d'open gouv doit pouvoir s'appuyer sur les exemples réussis d'autres pays, sans toutefois penser qu'un simple transfert de solution, car d'une culture à l'autre, il ne peut y avoir transposition

Il faudrait que cette journée du 19 mai évoque les moyens d'instaurer une consultation régulière des citoyens et habitants au niveau national, au niveau local, de la communauté de communes, par exemple, ou du département (puisqu'il a été maintenu) voire de la Région. Il n'y a eu aucun referendum depuis 10 ans au niveau national.
Les outils de consultation existent sous forme de plateforme numérique, un bon exemple en est la consultation Ambition numérique via une plateforme par la secrétaire d’État Axelle Lemaire. Il faut un plus large panel de citoyens susceptibles de participer (autre que les "initiés") via apprentissage et ateliers "open data"
.
- 2
2 Le gouvernement dans 10 ans : un gouvernement fait par et pour les citoyens grâce aux plateformes numériques et aux outils à venir..et aussi face à un changement comportemental des élus, plus accompagnateurs d’initiatives que prescripteurs. Vers une véritable co-construction de la gouvernance.
Tous les signaux faibles démontrent que des projets pour une nouvelle démocratie, ouverte et participative, sont en train de naître partout en France :
Tout change : la nouvelle démocratie est arrivée http://www.cuberevue.com/change-nouvelle-democratie-arrivee/3965



Stéphane Melcer

1) La journée sera réussie si une émulation et des discussions constructives s'opèrent entre les participants, débouchant sur des idées nouvelles et des pistes à creuser

2) Dans 10 ans, les politiques ne se lanceront plus dans des batailles politiciennes stériles, mais discuteront autour de données publiques officielles et certifiées (en opendata) basées sur des faits objectifs et mesurables scientifiquement. Ces données seront accessibles à n'importe quel citoyen, gratuitement sur Internet, dans un format cohérent et unifié. Les élections seront "dépersonnifiées", c'est à dire basées sur des idées plus que sur des personnes physiques, selon les principes novateurs d'une VIème République. Les lois ne viendront pas seulement "d'en haut", car des plateformes de débat public de qualité seront en place (comme https://www.parlement-et-citoyens.fr) permettant de faire des cartographies argumentaires efficaces, affranchies de l'effet lobby ou groupe de pression. Chaque Citoyen pourra accéder à l'information et s'impliquer à sa guise via ces plateformes sur les thèmes de son choix . Toutes les lois promulguées seront systématiquement amendées par la synthèse des réflexions collaboratives des Citoyens, de sorte que l'intérêt général soit tj préservé, via une participation massive des citoyens. Le législateur n'aura plus besoin de sondages car il connaîtra déjà l'état de l'opinion publique via les débats sur ces plateformes. D'autres plateformes permettront à des citoyens ayant des idées communes de se retrouver et s'associer autour de projets concrets pour réaliser leur ambition commune.



Patrick Guedj

2. Pour vous, le gouvernement dans 10 ans, ce sera ... ?
- un gouvernement élu sur un programme réalisé via une plate-forme collaborative
- un gouvernement dont l'action est transcrite en ligne dans un dispositif cohérent (et non plus morcelé)
- un gouvernement dont les lois sont réduites en nombre et en complexité par des outils de qualité du code
- un gouvernement dont les lois sont élaborées en s'appuyant sur l'intelligence collective des citoyens
- un gouvernement évalué de façon indépendante, par un Parlement renforcé dans ses responsabilités
- un gouvernement veillant à ce que l'Autorité judiciaire dispose des moyens de ses responsabilités
- un gouvernement économe, s'appuyant sur une administration enfin modernisée dans ses processus
- un gouvernement amenant les grandes entreprises/start-up et les administrations/entreprises à "chasser en meute" sur les marchés
- un gouvernement pilotant l'économie sans multiplier à l'infinie les niches fiscales
- un gouvernement trouvant sur les sujets essentiels une majorité dépassant les clivages partisans
- un gouvernement capable de mobiliser toutes les énergies pour nous redonner le sens d'une action collective
En phase ...(sur les lois en particulier, elles doivent être co-élaborées et expérimentées sur le terrain ...) Janique Laudouar



Denis Pansu

1/ Une première feuille de route capitalisant les expérimentations et pistes d'actions déjà débattues (cf rencontre AN) et permettant aux acteurs de la société civile d'engager une dynamique relationnelle sur la base de projets
2/ L'incarnation d'une relation de confiance restaurée entre citoyens et Etat, notamment incarnée par un respect co-construit des libertés publiques.

Stéphane Melcer

1) La journée sera réussie si une émulation et des discussions constructives s'opèrent entre les participants, débouchant sur des idées nouvelles et des pistes à creuser

2) Dans 10 ans, les politiques ne se lanceront plus dans des batailles politiciennes stériles, mais discuteront autour de données publiques officielles et certifiées (en opendata) basées sur des faits objectifs et mesurables scientifiquement. Ces données seront accessibles à n'importe quel citoyen, gratuitement sur Internet, dans un format cohérent et unifié. Les élections seront "dépersonnifiées", c'est à dire basées sur des idées plus que sur des personnes physiques, selon les principes novateurs d'une VIème République. Les lois ne viendront pas seulement "d'en haut", car des plateformes de débat public de qualité seront en place (comme https://www.parlement-et-citoyens.fr) permettant de faire des cartographies argumentaires efficaces, affranchies de l'effet lobby ou groupe de pression. Chaque Citoyen pourra accéder à l'information et s'impliquer à sa guise via ces plateformes sur les thèmes de son choix . Toutes les lois promulguées seront systématiquement amendées par la synthèse des réflexions collaboratives des Citoyens, de sorte que l'intérêt général soit tj préservé, via une participation massive des citoyens. Le législateur n'aura plus besoin de sondages car il connaîtra déjà l'état de l'opinion publique via les débats sur ces plateformes. D'autres plateformes permettront à des citoyens ayant des idées communes de se retrouver et s'associer autour de projets concrets pour réaliser leur ambition commune.
comparateur banque

comparatif banque

Tout savoir sur les balancelles bébé http://www.balancelle-bebe.info/