METTRE EN RELATION LES PROJETS CITOYENS

Compte-rendu de l'atelier
Initiateur
Stéphane

Participants :
Damien (association ICI)
Adèle (Cabinet conseil en organisation management)
Charline (fondation Nicolas Hulot)
Stéphane (citoyen investi dans Démocratie Ouverte et projet THC)
Anne (CGET - chargée de mission numérique)
Denis (FING - chargé des projets innovants "carrefour des possibles")
Lorenzo

Éléments principaux de la discussion

Organisation de la société civile, travailler entre eux avant de s'intéresser à la relation gouvernement / citoyens
traiter les problématiques similaires
> Comment l’État met en place des structures, outils pour que la société civile s'auto-organise ?

est ce qu'on réinvente ou on fait à partir de ce qui existe déjà ?
La question numérique est vue comme un facilitateur. déjà grosse profusion d'événements, comment les mettre en lumière ?

Danger de proposer l'organisation à l’État. Peur de retomber dans la défiance. Est ce que l’État doit justement mettre en avant sans récupérer les démarches ?
Site Ma ville je t'aide : mettre en relation les bénévoles et l'association qui en a besoin.
http://www.mavillejetaide.org/
https://jemengage.paris.fr/ (https://twitter.com/parisjetaide)
Fondation Nicolas Hulot : "j'agis pour la nature" : http://www.jagispourlanature.org/

Nécessité d'un partage des outils de culture numérique.
Quels intérêts ? :
  • piloter pour renforcer et non mettre en concurrence. Complémentarité. Comment faire que l’État aide et ne soit pas complice de cette concurrence. Subvention.
  • faire tourner les subventions pour créer de la confiance.


• Objectifs :
Efficience, rationalité
pour le bien social : pour faire avancer la société
Cohérence
visibilité
Équilibre des pouvoirs
Peser

Transparence : dans la distribution de subventions > confiance, un mot clé.

Comment ne pas réinventer la roue dans son coin ?

- laisser la place à la méthode Agile. Essai / erreur
- donner envie aux gens de se regrouper


Outils ? Lieux physiques ?

PTCE : Projet territoriaux de coopération économique.
Projet "Parole d'exclus" - travailler avec les associations déjà en place. Regroupement imposé avec ATD quart monde.
Importance de la problématique locale

L'acteur public comme facilitateur plutôt que comme organisateur. Le rôle de l'acteur public est de définir le rôle de la mise en relation.
Comment faire pour reconnaitre l'acteur citoyen ? Créer des incubateurs citoyens ?

• y a t-il une structure intermédiaire à créer pour reconnaitre la place du citoyen ?
Question du big data pour créer de la connaissance autour de questions communes et récurrentes
FING : programme infolab (La péniche)

Rôle de l’État : organiser la consolidation des données pour les libérer.

Culture du numérique pour faciliter le partage.
Centraliser les informations (nombre adhérents, sujets traités...)

Trouver un label pour les projets citoyens.

Définir des normes d'interopérabilité vs proposer une plateforme et sa prise en main.

Pistes d'actions

• Imposer un format de données unique pour l'octroi d'une subvention
• Proposer une plate-forme Hub pour déposer ses données (portée ou non par l'Etat). Fait débat
• Proposer un label qui permette aux associations de facilement identifier celles avec lesquelles elles peuvent coopérer ? Sans exclure celles qui n'y sont pas (encore)
• Définir les conditions de partage.
• Régler le problème de compétition entre projets citoyens. (association).
• Le dépôt de la création d'une association est l'occasion de normaliser - imposer un format de données
• Mettre en œuvre les technologies du big data pour construire de l'intelligence sur les données de l'association
• Confier à la CNDP le rôle de création de plateformes thématiques.
introduction : on passe vite du projet citoyen au projet associatif

Pour validation http://piratepad.net/SGMAP19mai


Cet espace de co-écriture reste à votre disposition pour continuer à parler de ce sujet :

Pour accéder directement à l'espace de co écriture